Halte aux ruptures de stocks – Dakarchaud

Halte aux ruptures de stocks – Dakarchaud


Sur les ruptures de stocks, il est inadmissible que notre pays connaisse de manière récurrente des ruptures de stocks alimentaires et pharmaceutiques, de produits liés au fonctionnement de nos différentes administrations. Presque tous les travailleurs des différents secteurs de notre vie souffrent régulièrement de cette anomalie et, avec eux, les citoyens.

L’école enregistre cette crise de manière endémique, tout comme les hôpitaux et pharmacies, les secteurs de l’élevage, de la pêche, de l’agriculture, de la presse.

Où est alors cette grande et grave question que nous a apportée notre indépendance, si c’est pour être de manière feutrée, mais réelle, toujours amarrés aux basques de la puissance coloniale, l’absente  toujours présente et qui continue à nous régenter dans beaucoup de domaines.

Conjoncturellement, les produits de première nécessité manquent  cruellement dans le marché, sans que cela ne pousse l’autorité à changer de paradigme. Pour calmer le jeu, celle-ci fait toujours un transfert de responsabilité, comme pour montrer son infaillibilité, sa sacro sainteté, alors qu’il n’a n’est rien. La responsable encore une fois, c’est toujours l’autorité. Et là encore, une  question s’impose. Quand est-ce qu’un régime politique sénégalais reconnaitra honnêtement sa puissante responsabilité dans ces ruptures de stocks, ces échecs économiques ?

Une autorité politique africaine avait dit un jour, et avec raison, qu’affirmer son ignorance, c’est faire preuve de culture. Reconnaitre ses fautes et ses échecs, grandit la personne ou l’Institution. Cette reconnaissance permet, en effet, à tous de se réorienter et penser autrement le progrès par de nouvelles voix salutaires pour les générations à venir.

Pape Amadou Fall





Source link

CATEGORIES
TAGS